Le gyropode, incontournable transport urbain ?

Accueil / Blog / Le gyropode, incontournable transport urbain ?

Provoquons un peu.

On a raison. On a raison peut-être trop tôt, et peut-être pas tout à fait de la bonne manière, mais on a raison. De quoi ? De croire au gyropode pardi. Et de croire plus généralement qu’un mode de déplacement alternatif est nécessaire, et que son arrivée est à terme inéluctable.

“Oui” nous répondrez-vous. “Mais en attendant cette époque bénie où chacun aura son petit véhicule de transport personnel… eh bien, on va continuer d’utiliser la voiture ou les transports en commun. Tout simplement parce qu’on n’a pas le choix. Pour l’heure, qu’on le veuille ou non, nos villes ne sont pas structurées pour ce type d’engin à deux roues.” Peut-être nous rappellerez-vous au passage la difficulté que nous avons en France d’évoluer et de casser nos habitudes… sans oublier de citer Georges Pompidou pour qui “les Français aiment leur bagnole”.

 

Le coût de cette bagnole que les Français aiment

Vous n’aurez pas tort de nous rappeler tout ça. Parce que c’est vrai. Mais à notre tour, nous vous rappellerons plusieurs choses. En premier lieu, que la voiture représente pour son propriétaire un coût énorme. Comptez l’achat, l’assurance, les révisions, les réparations… A cet égard, un article de Largus rappelait que le prix de la voiture moyenne avait augmenté en 2014. Un article du Figaro sur le même sujet rappelait quant à lui que l’entretien et l’assurance de la voiture pèsent très lourd (et de plus en plus…) dans le budget des ménages.

Certes, cela ne signifie pas que la voiture va disparaître du jour au lendemain, loin de là. Mais pour pour les usagers urbain qui se déplacent la majeure partie du temps dans la même agglomération, son utilisation est amenée à évoluer. A terme, il sera plus économique pour eux de recourir aux solutions de location ou de partage. Cela induira des changements dans les déplacements du quotidien et forcera à les repenser.

Du reste, le changement… est déjà là. Voyez donc le nombre de gens qui ont d’ores et déjà abandonné la voiture au profit du scooter ou de la voiture électrique… sans oublier le retour du bon vieux vélo (parfois électrique). Dans ce nouveau modèle, il n’est pas absurde d’imaginer des solutions de mobilité individuelle telles que le gyropode.

Le lien entre le prix du déplacement et la recherche de solutions alternatives est d’ailleurs parfois frappant. Ainsi, lorsque le litre d’essence au Etats-Unis a avoisiné les 1 dollar du litre en 2008, les ventes de Segway ont très sensiblement augmentés (+25% selon le Wall Street Journal du 16 juin 2008). Avec un prix moyen du litre d’essence en France oscillant entre 1,10 € et 1,7 € depuis les 10 dernières années, on mesure les économies potentielles dans les ménages français… et l’attrait potentiel pour le gyropode.

 

L’évidente urgence écologique…

S’il était encore besoin de le rappeler… Tous les experts s’accordent à dire que l’écologie n’est plus optionnelle dans les programmes de développement de nouvelles énergies et de nouveaux comportements. Les scientifiques du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) tirent la sonnette d’alarme. Les conséquences géo-planétaires du dérèglement climatique n’auront pas seulement des conséquences sur les récoltes ou sur quelques événements climatiques dramatiques mais ponctuelles comme on les connaît aujourd’hui, mais sont susceptibles de remettre en cause l’ensemble des équilibres du monde avec des déplacements de population sans précèdent induit par l’afflux massif de réfugiés climatiques.

La seule et unique solution est une prise de conscience générale et la nécessité de modifier nos comportements. En France, le transport est responsable de 27% des émissions de CO2. Ainsi, les véhicules sont les principaux responsables des gaz à effet de serre. Avec la loi de transition énergétique, pour la première fois en France la mobilité électrique est stimulée. Des appels à projets et des incitations seront mis en œuvre pour son développement. Et parmi ces solutions, des véhicules électriques tels que le gyropode peuvent tirer leur épingle du jeu.

 

Vous n’en avez pas marre de la voiture à Paris ?

Enfin, la congestion des villes (notamment les grandes agglomérations) va pousser les politiques à prendre tôt ou tard des décisions majeures. D’ores et déjà, beaucoup de grandes métropoles urbaines régulent d’une manière ou d’une autre le trafic des voitures individuelles dans leurs centres villes. On le sait, les Anglais ont mis en place un péage pour réguler l’accès au centre de leur capital de Londres.

Dans une perspective très prochaine, Paris et d’autres grandes villes de France seront certainement contraintes de prendre également des mesures strictes de limitation du trafic automobile à moteur thermique dans leurs rues et aucunes résistances n’y pourront plus venir à bout. Dans un entretien au Parisien Magazine (daté 25 septembre 2015) dans le cadre de la préparation de la conférence de la COP21, François Hollande déclarait à propos des interdictions de circulation des voitures dans les villes de France : « Les Français, les Franciliens en particulier, doivent s’habituer à cette situation compte tenu de la multiplication des pics de pollution. »  Dans ce cadre, encore une fois, il n’est pas exclu de penser que des solutions comme le gyropode ont de beau jours devant elles.
Quand on vous dit qu’on a raison ! 🙂

Articles similaires
Monoroue neomobility